Intentions de prières pour Fevrier 2018

Non à la corruption
Pour que ceux qui ont un pouvoir matériel, politique ou spirituel ne glissent pas vers la
corruption.

édito bulletin paroissial février 2018

L’Église catholique est-elle devenue une société anonyme en France?

Surprenante question! Nous pourrions avoir quelque fois cette impression devant la baisse significative de la pratique dominicale, en entendant certains discours politiques ou en percevant certaines attitudes comme si l’Église était devenue une espèce de société en voie de disparition avec quelques curés enfermés dans leur sacristie.

                  Je ne souhaite pas retrouver un âge d’or fantasmé où l’Église triomphante dominerait la société en lui dictant ses moindres faits et gestes. Cette chrétienté inventée par quelques nostalgiques dépressifs n’a jamais existé en France.

Pas plus qu’une Église anonyme reléguée à la sphère privée faisant plaisir à certains anticléricaux puérils n’existe aujourd’hui. Tout cela est plus subtil, plus complexe et fort heureusement. Lorsque je vois nos églises pleines à Noël, lorsque nous baptisons une centaine de bébés dans le secteur paroissial, lorsque nous accompagnons, souvent dans des situations très délicates, des personnes en deuil, lorsque des adultes cheminent vers le baptême, lorsque des personnes viennent se confier à un prêtre, lorsque les évêques de France prennent des positions courageuses par rapport aux migrants, aux questions de bio-éthiques, que des milliers de personnes sont engagées bénévolement dans des services et des associations catholiques, je me dis que l’Église en France est loin d’être une société anonyme. Elle est une véritable force, non pas pour faire plier ou pour endoctriner mais  pour annoncer le message toujours nouveau et vivant du Christ ressuscité.

Mais je sais combien vous vivez dans la réalité et qu’il n’est pas simple de témoigner de sa foi. Ainsi, quand des enfants ne veulent plus venir au catéchisme parce que leurs copains se moquent d’eux ou que des adultes sont considérés comme fous ou nouveaux adeptes d’une secte en péril en demandant le baptême, ou encore que des couples considérés comme rétrogrades ou évoluant dans un mauvais conte de fée car désireux de s’unir dans le sacrement de mariage. Ces derniers exemples ne viennent pas de mon imagination prolixe mais de témoignages dans notre secteur. Tout cela peut nous scandaliser et parfois nous sommes perçus comme des bêtes curieuses car nous cherchons à être fidèles au Christ en vivant dans l’Église. En entendant ces critiques négatives, souvent véhémentes, désagréables et parfois injustes mais aussi quelquefois justifiées, nous devons entendre en creux que l’Église a encore une belle place et qu’elle continue d’interroger nos proches, nos amis, les membres de nos familles. Nos attitudes évangéliques, bien plus que nos paroles voulant défendre une institution, ouvriront un dialogue et seront contagieuses. Un jour une dame disait à un de mes amis prêtres que lorsque ses enfants adultes venaient le dimanche chez elle, elle n’allait pas à la messe, il lui a répondu « si tes enfants avaient l’habitude le dimanche d’aller faire du jogging, leur demanderais-tu de rester chez toi en sacrifiant leur jogging dominical? Tu peux aller à la messe et prier pour eux. » Là encore c’est un exemple assez courant. Où en sommes-nous, toutes et tous des actes que nous posons dans la foi pour éviter de faire penser que l’Église est devenue anonyme alors qu’elle ne l’est ni pour nous, ni pour nos proches, même s’ils ont peu de liens avec elle? Je sais combien cette question est plus simple pour moi qui suis prêtre que pour vous laïcs engagés dans ce monde qui semble si loin. En effet, lorsque je dis être prêtre, le dialogue entre systématiquement en profondeur, là encore la référence du prêtre est encore forte en France. Pour une personne laïque engagée en Église, j’imagine bien que le témoignage est plus délicat et que les paroles, les actes sont scrutés à la loupe. Accueillir ce monde à la fois intrigué, à la fois sur la défensive ou dans la critique véhémente est peut-être pour nous un beau chemin de sainteté à vivre plus profondément durant ce Carême.           S.L

Bulletin paroissial fevrier 2018

Télécharger le Bulletin paroissial de fevrier 2018

édito bulletin paroissial janvier 2018

La Bible pourquoi n'est-elle pas un livre comme les autres?

Avouons-le, la lecture de la Bible nous déconcerte.

Ne sommes-nous pas souvent choqués par quelques passages de l'ancien testament?

Les crimes des croyants sont décrits comme animés par des relents de vengeance. Quelques fois les punitions de Dieu nous perturbent et ne correspondent pas à ce que nous a laissé Jésus comme image de son Père miséricordieux.

Nous avons tendance à nous détourner de la lecture de la Bible pour ne pas chercher des explications trop alambiquées qui ne nous sécurisent pas totalement.

Pourtant la Bible est d'une richesse extraordinaire. Il nous faut appliquer des grilles de lecture. Si nous savions décrypter les éléments du langage utilisés par les hommes imprégnés de leur époque; tout serait différent. Nous passerions davantage de temps pour la lire.

La Bible est en fait une bibliothèque qui ouvre à toutes les interrogations qui habitent l'homme. Pourquoi suis-je sur Terre? Pourquoi le mal est-il si présent? D'où nous viennent ces sentiments d'amour qui nous surprennent toujours? Qui est Dieu? Qui est l'homme?

Nous pourrions prendre un temps de réflexion ensemble et nous retrouver le 11 janvier 2018 à 14 h 30 à Saint-Auban ou le 15 janvier à 18 h à Les Mées. Venez avec vos questions.

Je vous souhaite au commencement de cette nouvelle année 2018 de découvrir encore plus que l'Écriture-Sainte est Parole-de-Vie et je formule les vœux de sainte année à chacun et à chacune : que le rayonnement, dans nos paroles et nos actes, de la présence de Dieu auprès de nos frères les hommes, nous permettent d'éprouver la vraie Paix et la vraie Joie.

Père Christian

Agenda paroissial

Agenda paroissial

 

Cette semaine...

Samedi 17 février 2018

Messe anticipée du dimanche à 18 h à Lurs

Messe anticipée du dimanche à 18 h à Peyruis,

Messe anticipée du dimanche à 18 h à Volonne

 

Dimanche 18 février

Messe à 9 h à Malijai

Messe à 11 h à Saint-Auban

Messe à 11 h aux Mées

 

1er dimanche de Carême
Première Lecture : Genèse 9.8–15
Psaume : Psaume 25.4–9
Deuxième Lecture : 1·Pierre 3.18–22
Évangile : Marc 1.12–15

 

Carte du secteur

Défi et prière pour le mois de février 2018

Non à la corruption        Pour que ceux qui ont un pouvoir matériel, politique ou spirituel ne glissent pas vers la corruption.

Défis pour ce moisacces clicktopray

  • Sûrs que la grâce de Dieu touche les cœurs qui se tournent vers Lui, il est bon de prier, personnellement ou en groupe, pour tous ceux qui exercent un pouvoir civil, politique ou religieux, afin qu'ils ne se laissent pas dominer par la corruption.
  • Faire un examen de conscience sur ma transparence et ma responsabilité comme citoyen de mon pays. Suis-je conscient qu'il y a un bien social dont je suis aussi responsable?
  • Dans le monde de mes relations, est-ce que je profite d'une situation de supériorité pour mon propre profit, ou est-ce que je vis le pouvoir qui m'a été donné — en tant que père, mère, responsable de communauté ou patron — pour servir ceux qui me sont confiés, en cherchant, avant tout, leur bien?

 

Lire la suite...

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes

Acces rapide