édito bulletin paroissial avril 2018

Après le décès de M. Bernard Molle, son épouse, Marguerite, a retrouvé ce texte témoignage. Elle me l’a envoyé pour le partager avec les équipes funérailles du secteur et je lui ai proposé de le publier dans le bulletin paroissial de Pâques, elle a accepté. Beau témoignage de foi, d’engagement, porteur d’espérance et avec ce souci de la rencontre de l’ecclésia et de la diaspora (comme le souligne Bernard, le pape utilise le terme de périphérie)   S.L

 Je me suis engagé dans la pastorale des funérailles, car je pense que c'est l'occasion de rencontrer mes frères et de leur apporter toute notre sollicitude.

Et quand les funérailles se font en présence du prêtre, nous représentons la communauté chrétienne de la paroisse; et nous ne laissons pas le prêtre seul pour prier car souvent l'assistance est muette.

Les rencontres avec les familles des défunts sont toujours enrichissantes, nous devons écouter, partager la détresse des familles. Mais il faudrait pouvoir rencontrer la famille quelques temps après l'enterrement... ce que nous ne faisons pas, peut-être par faute de temps ou par négligence.

La suite logique de cet engagement, c'est de faire partie du conseil pastoral.

En effet il me semble que tous les membres du conseil pastoral devraient avoir un engagement sur la paroisse ou dans la société.

Le conseil pastoral doit avoir le souci de la bonne marche des paroisses et apporter un soutien à l'action du prêtre.

Le conseil pastoral doit avoir un souci évangélisateur et pour cela chaque membre doit approfondir sa foi, ainsi il serait bon qu'à chaque réunion du conseil pastoral on étudie un passage de l'évangile, et que le prêtre nous apporte un éclairage pour que nous prenions l'enseignement de l'évangile à notre compte.

Je voudrais vous faire quelques confidences au sujet de mon engagement pour l'accompagnement des funérailles.

Je pense que nous sommes en plein dans l'évangélisation de la périphérie, tel que le pape François nous le demande. Affirmer sa foi devant beaucoup de monde n'est pas évident, et pourtant si nous croyons aux paroles que nous disons au cours de la cérémonie, c'est un témoignage de foi .

Il n'y a pas longtemps j'ai conduis un enterrement à Dabisse, sans prêtre, l'église était pleine et au fond il y avait trois rangs de gens debout, serrés ; il régnait un silence impressionnant, la famille est là, elle attend votre aide, prête à faire tout ce que vous lui demandez, et vous, vous ne vous  sentez pas capable de mener une telle cérémonie. Bien sûr qu'on est incapable si on ne compte que sur ses propres forces ; mais si, par la prière, on demande à l'Esprit-Saint d'être avec nous, tout change. Et ainsi, nous sommes tous capables de remplir cette charge.

M. Bernard Molle.

 

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes

Acces rapide