MESSAGE DE NOËL 2018

Chers amis ! Chers frères et sœurs !

              Depuis quelques semaines, une effervescence nouvelle mais saisonnière nous rappelle que Noël approche. C’est la saison des cadeaux et des vœux. Nous en profitons nous aussi pour vous donner notre message de Noël:

              Nous lirons à la messe de la veillée de la nativité l’extrait du livre du prophète Isaïe qui enseigne que : « le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière; sur les habitants du pays de  l’ombre, une lumière a resplendi […] Un enfant nous est né, un fils nous est donné […] son nom est proclamé : conseiller merveilleux, Dieu-Fort, Père à Jamais, Prince de la paix. »

une grande lumière

MESSAGE DE L’AVENT 2018

avent 244734 2Chers frères et soeurs; chers amis dans le Christ jésus !

Le temps de l’Avent dans lequel nous entrons marque également le début de l’année liturgique C.

C’est un don renouvelé de Dieu qui accepte à nouveau de se révéler par sa Parole, par ses sacrements et dans son Eglise à nous individuellement et à tous les hommes de notre temps. Les premières cloches de l’Avent 2018 résonnent avec la prière de saint Paul à Dieu en faveur des Thessaloniciens: « que le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un amour de plus de plus intense et débordant. » C’est sur cette trame de l’amour reçu de Dieu et rendu dans le témoignage fraternelle chaque jour que s’ouvre ce temps par excellence de l’Espérance.

Nous sommes invités à préparer nos coeurs dans l’attente de la célébration prochaine de la grande fête de Noël où Dieu, une fois encore nous donnera son Fils pour nous tirer vers le haut: nous aider à tendre vers les réalités d’en-haut.

Edito

Chers amis ! Le 09 septembre dernier, nous avons vécu ensemble la belle célébration par laquelle notre Père-Evêque  Mgr Jean Philippe NAULT, nous a donné, Jean Sébastien et moi,  à l’Eglise de ce magnifique et dynamique secteur paroissial comme prêtres. Nous voulons remercier tous ceux et celles qui ont pris part à cette eucharistie ; tous ceux et celles qui ont œuvré pour qu’elle soit belle ; ceux et celles qui ont accepté de partager de leur pain pour faire durer la fête ; et tous ceux et celles qui n’ont pas pu être présents mais qui, depuis lors, nous manifestent leur attachement.

Editorial de Novembre 2018

                 Chers amis ! La fête de tous les saints et la commémoration des fidèles défunts que nous célébrons en tout début de ce mois donne une tonalité particulière à ces trente jours de novembre. Si la TOUSSAINT nous rappelle que la sainteté est à la portée de tous, la célébration du jour d’après nous invite à faire mémoire de nos défunts. Chacun de nous a vécu, à degrés différents, le deuil au cours de cette année ou des années passées: celui d’un membre de sa famille, d’un ami ou amie chère ou d’une connaissance proche.  Loin de nous enfermer dans des schémas plus ou moins moroses, nous sommes invités à une double espérance : la sainteté et la paix en Dieu au terme de cette existence.

all saints 2887463 1920

La commémoration de nos défunts, comme le rappelle bien une oraison de cette circonstance, est l’expression de notre volonté de ne pas les oublier et l’occasion de demander à Dieu ne pas les oublier non plus. Les fleurs que vous porterez sur les lieux où ils reposent sont autant de signes de votre affection. L’évocation de leurs noms pendant les célébrations en leur mémoire est une manière de leur permettre de vivre à nouveau dans l’esprit de tous ceux qui les ont connu et la manifestation de notre refus de les oublier malgré la distance temporel. Faire mémoire de nos défunts, c’est les rendre présents. Dans la foi et l’Espérance de la résurrection, attelons-nous à cette tâche de prière pour le bien des âmes qui attendent d’entrer dans la félicité de Dieu. Et que la miséricorde divine opère tout autant pour ceux et celles qui sont partis et pour celles et ceux qui restent et doivent continuer d’avancer en cette vie malgré l’absence; malgré le vide.

Pour ce qui est de la sainteté, le pape François nous rappelle qu’elle prend forme chaque jour dans notre décision d’avancer malgré nos imperfections en s’efforçant de plaire au Seigneur. « Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve. Es-tu une consacrée ou un consacré ? Sois saint en vivant avec joie ton engagement. Es-tu marié ? Sois saint en aimant et en prenant soin de ton époux ou de ton épouse, comme le Christ l’a fait avec l’Église. Es-tu un travailleur ? Sois saint en accomplissant honnêtement et avec compétence ton travail au service de tes frères. Es-tu père, mère, grand-père ou grand-mère ? Sois saint en enseignant avec patience aux enfants à suivre Jésus. As-tu de l’autorité ? Sois saint en luttant pour le bien commun et en renonçant à tes intérêts personnels. » Gaudete et Exsultate n° 14]

Sur notre chemin vers la sainteté, n’oublions pas de nous soutenir dans la prière !

         François Xavier

édito bulletin paroissial septembre 2018

Pendant 9 ans pour certains et trois pour d’autres, vous avez tissé avec Stéphane et Norbert des liens fraternels de confiance, d’amitié et d’estime mutuelle : en somme, un très grand attachement. Aujourd’hui ils sont appelés à quitter ce cadre et à avancer au large dans la vigne du Seigneur. Il en est toujours ainsi dans la vie. C’est aussi vrai dans la vie de l’Eglise. Ce n’est pas sans peine que vous les laissez partir. Mais ce que vous avez tissé et bâti ensemble ne saurait disparaitre. Me vient à l’esprit une pensée de Bouddha qui colle à pareille situation pour nous aider à avancer nous aussi : « Accepte ce qui est : laisse aller ce qui était et aie confiance en ce qui sera ».  En votre nom et en mon nom propre, tous ensemble, nous leur disons merci pour tout ce qu’ils ont mis en route ; leur dévouement admirable et pour tout ce qui a été vécu avec eux de bien et de beau. Personne et rien ne nous interdit de recourir à eux à tout moment pour continuer dans la même veine et la même foi ce qui a été initié. Par la volonté de notre Père-Evêque, nous nous retrouvons engagés, Jean Sébastien et moi dans une mission qui nous dépasse à vue humaine. Il est certes vrai que mes liens avec le diocèse de Digne que j’ai appris à connaître (certes en partie) et aimer profondément remontent à plus d’une dizaine d’années, 

mais je me rends bien compte que nous avons tout à apprendre de la culture, des traditions et de toutes ces petites choses qui font que cette belle terre de Provence soit unique et particulièrement attachante.  Et nous voulons pouvoir compter sur vous pour combler ce vide. J’ai la conviction que c’est possible avec le temps, mais surtout avec votre concours.

La mission que nous acceptons de tout cœur se situe dans la continuité de l’œuvre entreprise avec vous par nos devanciers; des plus immédiats aux plus éloignés dans le temps : Stéphane et Norbert, pères Maurice et Pierre-Jean, ainsi que tous les autres que nous ne saurions oublier. Ma gratitude à ceux qui œuvrent encore. Et mes ferventes prières pour ceux qui sont retournés à Dieu.

La nouveauté tout autant que le poids des responsabilités que nous embrassons sont de nature à faire peur. En parcourant la portion de texte de l’Evangile de Matthieu proposée à notre méditation au premier jour de ce mois ; dans laquelle Jésus aborde la problématique de la gestion des talents (25, 14-30) la peur du troisième serviteur et les conséquences qui en résultent ; enfouissement des talents, manque de confiance, refus de contribuer à la joie du prochain, illusion d’être dans son droit, travestissement de la réalité et enfin déchéance, m’ont rappelé le danger qu’il y a de céder à ce sentiment. Par conséquent nous vous lançons cet appel : « n’ayez pas peur ! » Il n y a aucune raison pour cela !

Dans l’Eglise, il n y a pas d’autorité qui ne soit service. Nous voulons être au milieu de vous, des serviteurs de votre foi ; serviteurs de votre joie de baptisés et de témoins du Christ Jésus ! Nos mains sont tendues pour façonner avec vous une chaine d’amitié, de confiance, de foi et avancer solidairement sur le chemin qui mène au Christ ; chemin que nous avons à prendre et parcourir ensemble. Nous avons grande confiance en vous. Nous comptons sur vous ; sur vos prières ; sur votre aide et votre soutien pour mieux vous servir ; car c’est cela notre part au milieu de vous : SERVIR. « Il n’y a pas d’étrangers ici : seuls des amis que tu n’as pas encore rencontrés », disait William Butler. Soyez assurés de toute notre affection et tout notre dévouement.

Nous implorons votre bienveillance à l’endroit des pauvres serviteurs que nous sommes afin que la mission que nous acceptons de grand cœur et dans un esprit de profonde humilité, au milieu de vous serve au salut et à la joie de tous. Priez pour nous ! Prions les uns pour les autres, « pour que le Seigneur nous porte et que nous apprenions à nous porter les uns les autres. ».

Votre humble serviteur, François Xavier.

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes

Acces rapide