édito bulletin paroissial juillet 2018

« La route n'enseigne pas au voyageur ce qui l'attend à destination. Cependant, ne pas savoir ce que la journée nous réserve ne nous empêche pas de nous lever le matin. » (sagesse africaine).

Il y a déjà trois bonnes années que la providence nous a embarqué dans un même train de voyage pour une aventure extraordinaire au cours de laquelle nous avons noué ensemble des relations merveilleuses, passé des moments inoubliables et traversé des épreuves pénibles.

Toutes ces situations nous ont permis de mieux nous connaître, nous apprécier mutuellement et renforcer notre vivre ensemble. Voilà que le temps a passé ! Que le temps passe vite ! A peine le temps de faire plus amples connaissances que cette nouvelle bouleversante vient chambouler nos projections, troubler notre vision et anéantir nos projets.

La vie faut-il nous le redire est un perpétuel recommencement sans fin avec des rebondissements inattendus.

Dans un contexte de pénurie de prêtre, il est nécessaire d'accepter, non par contrainte, mais par amour du christ, quelque soit le désagrément, les mutations indispensables pour répondre à l'appel de la mission évangélique.

Dans le deuxième évangile, saint Marc rapporte ces belles paroles de Jésus:« Allons ailleurs, dans les bourgs voisins, afin que j'y prêche aussi, car c'est pour cela que je suis sorti »(Mc 1,38).L'annonce de l'Evangile est devenue l'une des tâches les plus urgentes de l'Église à l'heure actuelle. L'urgence est à la découverte du christianisme à frais nouveaux. Chaque matin, c'est un nouveau jour de mission que le Seigneur nous donne, «mettons aux pieds les chaussures du zèle pour propager l'Evangile de la paix» (Ep6,15).

Pour le pape François «Chaque baptisé quelque soit sa fonction dans l'Église et le niveau d'instruction de sa foi, est un sujet de l'Evangélisation» et «tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l'amour de Dieu en Jésus Christ »(EG 120).

Chers Bien-aimés de Dieu, le devoir m'appelle à aller ailleurs continuer ma mission d'évangélisation dans un secteur qui m'est totalement inconnu. Là il va falloir tout recommencer, réapprendre à vivre et à travailler au milieu d'autres fidèles avec leurs mœurs bien à eux, leurs habitudes, leurs attentes et leurs exigences dans un nouveau contexte. Et j'y vais avec la seule arme dont je dispose: la foi. Pour cela, je voudrais, malgré la tristesse de la séparation, exprimer à tous mes sincères gratitudes. Vous avez tous été, on ne peut plus, aimables, attentifs, pleins de bonté et de douceur comme une mère qui entoure de soins son nourrisson.

Ce secteur, faut-il le rappeler, est un secteur spécial, avec des gens incroyables et formidables qui m'ont accueilli les bras ouverts depuis le jour où j'y ai mis pied. Je garderai de vous un souvenir inoubliable et celui de l'histoire humaine et ecclésiale de ce beau secteur. Je dis à tous un sincère merci.

Et je fais miennes ces paroles de saint Paul: «Ayant pour vous une telle affection, nous aurions voulu vous donner non seulement l'Evangile de Dieu, mais jusqu'à notre propre vie, car vous nous étiez devenus très chers»(1Th 2,7-8).

Que Dieu vous bénisse et vous garde dans la joie de l'Evangile.

Votre humble serviteur, Norbert

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes

Acces rapide