prier pour la France

Le 15 août, répondons à l’appel lancé le 1er août dernier par Mgr Georges PONTIER Archevêque métropolitain de Marseille et Président de la Conférence des évêques de France: « Dans quelques jours nous fêterons le 15 août, la fête de l’Assomption de Marie, une fête qui nous rassemble nombreux au milieu de l’été. C’est un jour où nous prions particulièrement pour notre pays. Je vous invite à la prière pour la France. Demandons au Seigneur, par l’intercession de la Vierge Marie, de faire se lever beaucoup d’hommes et de femmes qui dans leur vie ordinaire vivent pour les autres et avec les autres. Que la fraternité tant désirée devienne une réalité. Qu’elle inspire nos choix personnels et les choix de ceux qui exercent des responsabilités de quel qu’ordre qu’elles soient.»

Prier pour la France 16/4 les médias

Cette semaine

Prions avec Philippine de Saint-Pierre directrice de KTO
pour les médias et les journalistes

Prier pour la France 9 les medias

 Voir la vidéo

Le Pape François en septembre 2016 dans un discours à l'ordre italien des journalistes a invité la presse à travailler avec honnêteté et conscience. La campagne électorale et médiatique que nous venons de vivre n'a pas été exemplaire. Les changements introduits par le numérique portent aussi des graves interrogation sur la viabilité économique de certains médias.

Il nous a semblé juste de prier pour les journalistes car leur influence est grande et donc leur responsabilité redoutable.

Ma prière

Une prière que je trouve très belle pour des journalistes, mais aussi très belle pour des croyants tout simplement, ce sont quelques lignes de Saint Hilaire de Poitiers, dans son traité de la Trinité.

Il écrit :
« Seigneur, accorde-nous donc de donner aux mots leur véritable sens, accorde la lumière à notre esprit, la beauté de l’expression à notre style et établis notre foi dans la vérité. Donne-nous de dire ce que nous croyons. » Amen

Amen

 

Etablis notre foi dans la vérité, donne-nous de dire ce que nous croyons.

 

Action de grâce

Un premier motif d’action de grâce pour les médias dans notre beau pays, la France, c’est d’abord la liberté. Oui, la liberté de la presse. Elle est parfois mal invoquée, mal utilisée. Reste que dans notre pays, on peut publier, on peut écrire, on peut distribuer un certain nombre d’analyses et d’opinions, sans aller pour cela en prison, et c’est chose relativement rare dans le monde.

Et puis, il y a beaucoup, beaucoup de journalistes honnêtes qui cherchent à bien faire leur travail.

Bien sûr, vous me direz : il y a le poids du politiquement correct, il y a des sujets ou des opinions qu’il est plus difficile de faire passer, peut-être même certains qui sont presque tabous. Il n’empêche que nous jouissons d’une liberté bien supérieure à celle de beaucoup de pays dans le monde. Et puis un autre motif d’action de grâce concernant les médias en France, c’est justement leur extraordinaire diversité. Alors j’en veux pour preuve, simplement, les médias catholiques.

Oui, il y en a beaucoup, beaucoup, beaucoup… De la presse paroissiale, locale, régionale, celle des mouvements et services, bien sûr, tous les titres de la presse catholique nationale, la radio, la télévision. Si l’on additionne tout cela, ça fait plus de 150 millions d’exemplaires vendus ou distribués chaque année et des centaines de milliers d’auditeurs et de téléspectateurs. Alors pour cela, Seigneur, merci !

 

Mon rêve pour la France

Mon rêve, c’est que l’ensemble des journalistes soit toujours, de plus en plus, des chercheurs de la vérité, des serviteurs de la vérité. Qu’enfin, on n’ait plus peur de ce mot, parce que c’est celui qui donne sens à notre travail.

Ca commence par l’honnêteté, évidemment, mais on peut essayer d’aller plus loin. Et puis, un autre rêve serait que nous apprenions, avec ce petit sens de l’impertinence que nous avons, nous, Français, justement à ne pas nous laisser enfermer dans le politiquement correct du moment, dans les tendances principales du moment, à questionner toujours ce qui paraît à la mode pour savoir où est le juste, où est le bien, ça peut aussi faire partie du service des médias.

Et le troisième rêve, ce serait que la culture du débat qui souvent dérive vers la polémique soit toujours plus une culture du dialogue – le dialogue, ça suppose évidemment de savoir parler mais de savoir aussi écouter, et ça, ça peut concerner au-delà, bien sûr, des journalistes.

 

 

Prier pour la France 01/4 la jeunesse

Cette semaine

Prions pour les jeunes avec Sœur Nathalie Becquart,
responsable du Service National pour l'Evangélisation des Jeunes et les Vocations

Prier pour la France 7 la jeunesseVoir la vidéo

 Cette semaine, Sœur Nathalie Becquart, nous invite à rendre grâce pour les jeunes et leur désir de servir et à prier pour eux, pour qu'ils puissent entendre et répondre à l'appel de Dieu pour eux.
Merci Seigneur pour les jeunes ! Merci pour leur désir de changer le monde, de servir ! Merci pour le dynamisme qu'ils nous transmettent !
Seigneur,
Tu appelles les jeunes au bonheur. Ils portent en eux une grande soif d'aimer et de se donner. Nous croyons que tu as un appel particulier pour chacun.
Fais naître en eux, en nous, le désir de te suivre humblement et d'oser répondre en vérité et en liberté à l'appel que Tu lui adresses.

Ma prière

Nous, dans ce service national pour l’évangélisation des jeunes et pour les vocations, je voudrais ouvrir une piste qui va introduire notre prière. Je crois que ce qui peut vraiment nous aider, c’est de creuser la question de l’identité finalement à travers ce qu’est la vocation.

La vocation, c’est toujours quelque chose de dynamique, qui nous met en marche, c’est répondre à l’appel de Dieu, et je crois que ça peut nous aider de chercher, en discernant à l’écoute de l’Esprit Saint, finalement quelle est la vocation aujourd’hui de notre pays, et quelle est notre vocation commune, ensemble, de tous les habitants et notre vocation personnelle.

Pour les jeunes, je voudrais citer ce que dit le Pape François qui a lancé un prochain synode en octobre 2018 sur les jeunes, la foi et le discernement des vocations, pour que l’Eglise puisse aider chaque jeune à trouver véritablement la joie de l’amour, qui est de reconnaître et accueillir l’appel à l’amour et à la vie en plénitude.

Voilà, pour ça, je vais vous proposer de prier avec la prière qu’on a écrite pour la prochaine journée mondiale de prière pour les vocations :

« Seigneur, Tu appelles les jeunes au bonheur. Ils portent en eux une grande soif d’aimer et de se donner. Nous croyons que Tu as un appel particulier pour chacun. Ils se découvrent dans l’expérience de la rencontre personnelle avec Toi et l’écoute des besoins et des cris du monde. Seigneur, fais de nos familles, nos diocèses, nos communautés, nos mouvements, des lieux où les jeunes feront l’expérience de la prière et du service.

Fais naitre chez chacun le désir de te suivre humblement et d’oser répondre en vérité et en liberté à l’appel que Tu lui adresses. Donne à nos communautés l’audace d’éveiller, l’énergie d’appeler, la patience d’accompagner, particulièrement ceux que Tu appelles au ministère de prêtre ou à la vie consacrée, et la sagesse pour aider chacun au discernement. Seigneur, Tu fais de ton Eglise une communauté d’appelés pour appeler. Donne-nous de proposer à tous, la bonne nouvelle de la vocation. »

Amen

Pour que l’Eglise puisse aider chaque jeune à trouver véritablement la joie de l’amour qui est de reconnaître et accueillir l’appel à l’amour et à la vie en plénitude.

Action de grâce

Je voudrais dire merci, rendre grâce pour cette belle jeunesse qu’on a en France, une jeunesse très diverse, mais qui est quand même traversée assez fortement par des valeurs fortes de partage – il y a une grande générosité -, beaucoup d’inventivité aussi.

On voit, par exemple, ces dernières années, une hausse du bénévolat caritatif chez les jeunes, ils s’engagent pas mal dans des associations, sur des actions concrètes au service des autres. Je peux donner l’exemple du service civique qui est un dispositif de volontariat fait par l’Etat depuis quelques années et l’année dernière, en 2016, il y a 100 000 jeunes qui ont donné six à douze mois de leur temps à travers une association, une collectivité, donc au service des autres, au service de la société dans une mission d’intérêt général.

Et puis cet été, comme beaucoup, j’étais aux JMJ, donc là, pour l’Eglise, on voit combien les JMJ sont un beau lieu où les jeunes s’engagent dans la préparation, se bougent, vont à la rencontre des autres à travers la rencontre des jeunes du monde entier. Et puis surtout en revenant des JMJ – il y avait 35 000 jeunes Français qui sont partis à Cracovie – on ne cesse d’entendre et d’être témoin que cette expérience-là est source d’engagement et que c’est un vrai moteur, aussi missionnaire, et les jeunes sont revenus en mettant en œuvre ces paroles fortes du Pape François qui les a invités à sortir de leur canapé pour chausser leurs crampons.

Voilà, alors ça, ça me donne beaucoup de confiance dans la jeunesse actuelle.

Mon rêve pour la France

Mon rêve pour la France, c’est que les habitants de notre pays, en particulier les jeunes, puissent vraiment retrouver ou trouver une confiance dans l’avenir et puissent se déployer avec confiance, sans crainte, pour trouver le sens de leur vie qui est toujours une manière de trouver ce qui va me rendre heureux en rendant les autres heureux et en apportant sa pierre au service du bien commun, en fait.

Voilà, mon rêve pour la France, c’est comment, dans cette société qui est très diverse, on arrive à faire société ensemble, chacun avec ce qu’il est.

 

Prier pour la France 08/4 la solidarité

Cette semaine

Prions avec Martin Choutet
pour la solidarité et l'insertion

Martin Choutet avec les membres de l'Association pour l'Amitié, a fait le pari un peu fou de faire vivre ensemble des personnes de la rue de tous âges et des volontaires étudiants ou professionnels en colocation.

 Voir la vidéo

Il est aussi l'un des créateurs de la Journée Mondiale des Pauvres à Rome avec le Pape François, et il conduit la prière de notre 8ème semaine.

En priant pour la solidarité et l'insertion, invoquons l'Esprit Saint : qu'il nous relance dans notre amour fraternel pour ceux que le Seigneur met sur notre route et qu'il renouvelle notre charité imaginative.

Ma prière

La prière que je souhaiterais vous partager, c’est une prière de mère Teresa :

“Seigneur, ouvre nos yeux, que nous sachions te reconnaître en chacun de nos frères et de nos sœurs. Seigneur, ouvre nos oreilles, que nous sachions entendre l’appel de ceux qui ont faim, de ceux qui ont froid, de ceux qui sont opprimés ou mis de côté. Ô Seigneur, ouvre nos cœurs, que nous sachions nous aimer les uns les autres comme tu nous aimes. Renouvelle en nous ton Esprit, Seigneur, rends-vous libres et unis.”

Amen

Mon rêve pour la France, ce serait que petit à petit nous bâtissions une société de communion, de fraternité, plus qu’une société de compétition.

Action de grâce

L’action de grâce, elle est vraiment multiple. Tout d’abord, merci pour tous ceux qui ont permis d’organiser peu à peu la solidarité entre les citoyens dans notre pays, tous ceux qui, par le dialogue, mais aussi parfois par la confrontation, ont permis peu à peu de reconnaître des droits à chacun : le droit à l’éducation, le droit aux soins médicaux, des aides parfois pour se loger ou encore le droit à un revenu minimum.

Et puis, merci et une action de grâce pour tous ceux qui, bien au-delà de ces dispositifs et de ces aides matérielles, ont insufflé un esprit de charité dans notre pays. Je pense à tous ces grands saints, comme Saint Vincent de Paul, mais aussi tous ces témoins comme Jeanne Jugan, comme l’abbé Pierre, comme le père Wresinski.

Et puis tous ceux qui, plus loin encore que ces témoins du passé, sont aujourd’hui, engagés à rendre concrète cette notion de solidarité et fraternité, tous ceux qui – qu’ils soient bénévoles ou salariés – sont engagés jours après jours auprès des personnes en fragilité et qui essaient de rendre notre société plus humaine.

Mon rêve pour la France

Mon rêve pour la France, ce serait que petit à petit nous bâtissions une société de communion, de fraternité, plus qu’une société de compétition. Une société où chacun peut vraiment être reconnu pour ce qu’il est, c’est-à-dire, comme un enfant bien-aimé du Seigneur, mais comme aussi un frère en humanité. Que chacun soit, du coup, reconnu à sa juste place.

Que chacun puisse exprimer ses talents, tous les trésors qu’il en a lui. Mon rêve, c’est que personne ne puisse être mis de côté, qu’enfin nous puissions garantir à chacun une vie décente, un lieu où se poser, des personnes à rencontrer, des liens à tisser.

Une société qui est fondée sur une multitude de petites communautés, de petites fraternités locales, paroissiales, qui s’ouvrent, qui accueillent et qui donnent une place aux personnes les plus fragiles, celles qui pourraient être considérées comme exclues. Que toute l’imagination, toute la créativité, toute l’énergie que nous avons les uns, les autres, dans ce pays, des citoyens aux responsables politiques, aux personnes engagées dans l’Eglise ou dans les associations confessionnelles ou non confessionnelles, que nous soyons unis dans un même objectif, de rendre une société juste et fraternelle où chacun peut avoir une place. Et ce ne sont pas que des mots, ce sont des réalisations concrètes, peut-être modestes, mais qui sont appelées à se multiplier pour qu’on en cesse avec une course en avant permanente vers la croissance, le confort économique qui n’est jamais suffisant, mais plutôt pour qu’on arrive à se réjouir aussi de ce qu’on a déjà et qu’on apprenne à le partager en respectant un développement à la fois social et écologique responsable.

Il y a une très belle prière qui dit : « Christ n’a pas de main, il n’a que nos mains pour faire son travail aujourd’hui ». Et je crois que c’est un appel à l’engagement. On voit bien que les générations précédentes ont su développer une créativité, une énergie formidables pour, par exemple, bâtir des cathédrales qui sont de véritables trésors !

Aujourd’hui, quels sont nos défis, tous ensemble, en tant que chrétiens, et aussi plus largement avec tous nos concitoyens ? Eh bien, peut-être bâtir des cathédrales d’amour, des petites communautés fraternelles, accueillantes à tous.

 

 

Prier pour la France 25/3 la défense

Cette semaine

Prions pour la défense et les militaires avec l'abbé Eric Reboul
aumônier militaire

 

Prier pour la France 6 la defenseVoir la vidéo

Mon rêve pour la France

Alors quel est mon rêve pour la France ? Je citerais Martin Luther King, prix Nobel de la Paix en 1964 : « Je fais le rêve que les hommes, un jour, se lèveront et comprendront enfin qu’ils sont faits pour vivre ensemble, comme des frères ».

La France a besoin que ces militaires qui assurent sa défense soient encouragés et estimés. Un militaire n’est pas une machine à tuer, c’est un être humain – beaucoup de sacrifices consentis ! Nous prions pour eux, nous prions aussi pour leurs familles, quand on sait que le bien-être de la famille découle le moral du soldat. Depuis les attentats du 13 novembre 2015, à Paris, nos soldats, sans oublier toutes les forces de sécurité de notre pays, pompiers, services de santé, sont mobilisés.

Une violence inouïe nous a frappés, nous, c’est-à-dire la France, notre nation, notre patrie, derrière le même drapeau ! Le Dieu de la paix, en qui nous croyons, peut faire advenir du pire le meilleur. La tragédie de la deuxième Guerre Mondiale que l’on souhaitait la dernière nous rappelle finalement que le mal a été vaincu par des hommes épris de justice et de paix ayant inversé un processus de mort pour que « plus jamais ça », pour que la paix revienne. Et elle est revenue.

La paix n’est jamais acquise, mais elle est possible grâce à chacun et au rôle particulier de tous les militaires.

Ma prière

Nous prions maintenant pour les militaires et les forces de sécurité, sans oublier pompiers, services de santé. Notre prière revêt, et nous le sentons bien, une importance capitale.

Tous ces hommes et ces femmes nous défendent et prennent des risques énormes au péril de leur vie. Nous prions pour eux, avec la prière du soldat :


« Notre Dame de Lourdes,
Mère de toutes les réconciliations, nous venons te prier pour la paix :
donne-nous d’être forts contre la violence,
donne-nous d’être solidaires dans la vérité,
donne-nous de savoir nous informer,
donne-nous le courage de rester calmes,
donne-nous d’ignorer la haine et prépare-nous à pardonner.
Notre Dame de Lourdes,
Mère de toutes les réconciliations,
garde nos cœurs et nos pensées dans le Christ Jésus,
le Prince de la Paix. »

Amen

La paix n’est jamais acquise,
mais elle est possible grâce à chacun et au rôle particulier de tous les militaires.
Le Dieu de la paix, en qui nous croyons, peut faire advenir du pire le meilleur.

Les Mées

Saint-Auban

Malijai

Volonne

Peyruis

L'Escale

Dabisse

Montfort

Lurs

Sourribes

Acces rapide